Skulptur21, 2015

Gerald Schauder, Skulptur21, 2015

Texte de Holger Birkholz traduit de l’allemand.

≡ Version pdf à télécharger


Gerald Schauder alias KABELTON, conçoit des œuvres de nouveaux médias, notamment de la musique électronique et des compositions électroacoustiques. Il travaille comme ingénieur du son pour le cinéma et pour le laboratoire audio de l’université des sciences appliquées d’Ansbach.

Skulptur21 est une visualisation structurelle du film expérimental Rhythmus 21 de Hans Richter. Ce film, créé vers 1921, est considéré comme un jalon dans l’histoire du cinéma et est l’un des premiers films abstraits jamais réalisés. Il est constitué d’éléments géométriques variables qui se déplacent dans le cadre pictural de l’écran et changent de forme. Les éléments changent également de taille, donnant l’impression de se rapprocher et de s’éloigner du spectateur, créant ainsi une sensation de profondeur. Skulptur21 montre ce mouvement dans l’espace.


La principale différence entre le film et la sculpture est leur différence de temporalité. Les films se développent de façon linéaire, comme une séquence chronologique. Les sculptures sont données dans leur ensemble. Le visionnage peut commencer à n’importe quel moment et peut se poursuivre à n’importe quel autre moment. La conception et la structure d’une sculpture peuvent attirer l’attention en générant de l’emphase, ce qui peut attirer l’attention par la luminosité ou par les contrastes privilégiés de la forme. Dans le cinéma, ce genre d’emphase ne devient efficace que dans le cadre d’une dramaturgie. Une coupe nette, le passage soudain de couleurs claires à des couleurs sombres, sensibilisent le spectateur au moment, qui est inscrit en permanence dans sa mémoire. Ces différences entre les types de médias ont été parties intégrantes des réflexions de la théorie de l’art depuis le « Laocoon » de Lessing (1766). Ce dernier permit d’évaluer plus en profondeur les spécificités des œuvres d’art. Gerald Schauder nous confronte à la combinaison d’un film et d’une sculpture, qui se réfèrent directement l’un à l’autre. La sculpture apparaît comme un modèle tridimensionnel de ce qui peut être vu dans le film comme une image bidimensionnelle. Le système correspond plus ou moins au système de la tomographie par ordinateur. Avec cette méthode, plusieurs couches d’un corps sont alignées puis assemblées pour former un modèle tridimensionnel virtuel.

Un des films, dont les images sont conçues comme une suite constante de coupes par l’artiste, est Rhythmus 21 de Hans Richter datant de 1921 ou, selon la datation, de 1924. Cette œuvre, considérée comme une icône dans le genre du film abstrait, consiste en un gonflement et un affaissement des formes géométriques, des carrés et des rectangles. Cela se produit parfois rapidement ou lentement. De temps en temps, il y a des sauts et plusieurs formes agissent, pulsent et interagissent les unes avec les autres. Schauder transfère ces mouvements en un modèle spatialisé en appliquant trois minutes de films sur les huit mètres de longueur de la sculpture. Le format du film, qui peut varier en fonction de la surface de projection, est déterminé par une section de 21 x 27,2 cm de la sculpture. Les couleurs des surfaces du film de Richter, le noir et blanc ainsi que les nuances de gris, se retrouvent également dans la sculpture. La sculpture semble être la traduction la plus précise possible du film, avec pour différence essentielle la succession des séquences du film et la simultanéité du corps dans la sculpture.

La transformation de la référence à l’œuvre historique de 1921 par Schauder peut être replacée dans le contexte du discours historique sur l’image du présent dans la tradition de la modernité. L’intérêt pour la rationalisation des formes, qui a déterminé le design et l’architecture des années 1920 d’une manière singulière – « Bauhaus » et « Neue Bauen » – assure la continuité par la conception du monde quotidien ; encore de nos jours avec de plus amples conséquences. Ils peuvent être détectés, entre autres, dans la relation entre le corps accessible dans l’espace réel et sa simulation numérique par exemple dans le cas de l’architecture construite, qui offre une traçabilité à partir de l’ordinateur. « Rhythmus 21 » de Richter doit donc sans doute être interprété dans le sens d’une inversion temporelle – et avec une touche d’ironie – comme une traduction du SKULPTUR21 de Schauder.


Référence électronique, pour citer cet article

Holger Birkholz, « Gerald Schauder, Skulptur21, 2015 », Images secondes. [En ligne], 02 | 2020, mis en ligne le 1er mars 2020, URL : http://imagessecondes.fr/index.php/2020/02/21/skulptur21-2015/